Proposition de grève sociale les 1er et 15 mai prochains

Vendredi, 20 Avril 2012

Source:

On parle de grève sociale depuis déjà un moment et il est grand temps que l’on passe de la parole aux actes. La lutte contre la hausse n’est pas qu’une question de cennes et de fond de tiroir ; c’est une lutte qui propose une transformation radicale de la société. Une transformation incompatible avec les politiques d’austérité du gouvernement actuel. Taxe-santé, hausse des frais de scolarité, hausse du coût des loyers, hausse des tarifs d’électricité, restriction du droit de grève, pillage des ressources naturelles, non-respect des droits des peuples autochtones... Face à de tels reculs sociaux, il n’y a qu’une réponse possible: la grève sociale!

La grève sociale c’est une grève en simultanée de tous les travailleurs et travailleuses et de tous les acteurs et actrices de la société, salarié-es ou non. C’est l’occasion non seulement de démontrer le mécontentement généralisé envers les politiques du gouvernement, mais également d’attaquer directement la seule chose qui semble lui tenir à cœur: le bon déroulement de l’économie. Nous enjoignons donc l’ensemble de la société civile à se joindre au mouvement étudiant pour des journées de contestation massive et généralisée.

La présente proposition de grève sociale s’inscrit dans l’esprit d’une contestation large des politiques néo-libérales qui nous sont imposées.

Beaucoup d’associations étudiantes, de syndicats et de groupes sociaux ont déjà des positions allant dans ce sens. Hier, les étudiantes et étudiants de la faculté de sciences humaines de l’UQAM (AFESH-UQÀM) ont proposé que se tiennent des journées de grève sociale et de perturbation les 1er et 15 mai prochains.

En ce sens, nous vous invitons à adopter une proposition semblable et à entamer des rencontres et des négociations avec les syndicats et groupes communautaires de votre localité afin de généraliser cet événement et d’en maximiser l’impact.

Nous avons mis à la suite de ce message le libellé de la proposition que l’AFESH–UQÀM a adoptée et que nous vous invitons également à adopter.

Nos salutations les plus militantes et solidaires. Ras-le-bol général, grève sociale!

Proposition de grève sociale

- Considérant l’ampleur historique du mouvement de grève étudiante et considérant également l’entêtement tout aussi historique de la classe politique dirigeante à ne pas reconnaître la légitimité des revendications étudiantes.

- Considérant que le mouvement de grève étudiant aspire dans sa lutte à une transformation sociale radicale et porteuse d’un projet de société et qu’en cela il dépasse ses simples intérêts corporatistes.

- Considérant que la hausse des frais de scolarité ne représente qu’un aspect d’un ensemble beaucoup plus large de mesures d’austérités visant à privatiser un nombre croissant de sphères sociales et rappelant en ce sens les phénomènes s’y rattachant tel que la taxe santé, la hausse des tarifs d’électricité ou encore la hausse des coûts du logement.

- Soulignant également le climat antisyndical porté par l’acharnement et la médiocrité de nombreux politiciens et éditorialistes et qui se manifeste par la généralisation du lock-out, la restriction du droit de grève et l’appui tacite donné aux nouveaux briseurs de grève.

- Considérant l’urgence d’augmenter le rapport de force du mouvement de grève face au gouvernement et notant la possibilité sous-jacente au mouvement de grève étudiant d’agir comme catalyseur des luttes sociale.

Que (votre association étudiante) appelle à une grève sociale les 1er et 15 mai prochains. Que ces journées soient des journées de grève sociale générale et de perturbation économique.

Que ces journées s’organisent dans l’urgence de faire escalader le rapport de force face au gouvernement et qu’en ce sens (votre association étudiante) fasse immédiatement les démarches nécessaires auprès de divers syndicats nationaux, régionaux et groupes communautaires.

Que (votre association étudiante) lance un appel à ses associations membres pour qu’elles prennent elles-mêmes contact avec les syndicats et groupes communautaires de leurs régions.

Que la (votre association étudiante) fasse la promotion de ces journées de grève sociale auprès du grand public par les moyens mis à sa disposition.

Que la (votre association étudiante) vulgarise et explique le concept de grève sociale à ses membres et lors de ses appels au public en général.

Que les journées de grève sociale se fassent en solidarité avec les grévistes d’AVEOS, de Rio Tinto et des autres mouvements sociaux ou syndicaux actifs présentement.

Que (votre association étudiante) porte également toutes ces revendications auprès de la CLASSE.